Gravatar based on your email address.le prochain topo expert canaris: "repenser l'assiette du mangeur atypique"
 cortex    13 Février, 2019 - 07:52
 Tous

Je fais suite à un mail de Loic: "Sachez que j'ai le sentiment de vous devoir la vie (en rémission après 2 ans d’errance thérapeutique avec une fibromyalgie suite à une antibiothérapie sous Augmentin et 7 mois de diète GAPS qui m'ont considérablement aggravés... bref) Merci du fond du cœur pour tout ce que vous faites. J’ignore si vous allez sortir un topo expert sur les canaris ? J'en rêve la nuit!  Voilà. Parce que j'adore comprendre et vos livres me font du bien ?? Je suis supervisé par la très sympathique Edith Rousse-Marty de votre réseau de profilage. Elle est super !"

à qui je répondais: " vous venez de jouer sans le savoir au catalyseur. Il me manquait un petit coup de pouce pour avancer dans ses projets "canari" parmi mes 5 nouveaux livres à  publier. Je vais imaginer que je l'écris à votre intention et à celle de ma fille -> un curieux canari lui même et un coach/auditeur en bonne santé. Je vous envoie le pitch via le forum greenshop, j'ouvrirai un fil"

Voici le pitch, sous la forme de mes notes de synthèse. Après il ne reste plus qu'à remplir les blancs ....

 

Voici la table des matières de ce livre expert pour les mangeurs atypiques.

***On pose les bases d'abord:  on définit les mangeurs atypiques***

mon hypothèse perso: 10% population sont des personnes hypersensibles, parmi lesquels 10% sont des mangeurs atypiques , ce qui nous ferait tout de même 60 000 français qui sortent des clous de la naturo classique ou de la diététique classique.

Il faut avant tout exclure les effets de polymédication ou de drogues récréatives, ces personnes là ne sont pas considérées ici comme ""mangeurs atypiques"

Il faut aussi exclure celui qui a simplement fait le mauvais choix alimentaires pour son profil, celui qui par exemple s'acharne à rester vegan alors que ça lui scie les nerfs et la digestion

Parmi les bases, le mangeur connaît et pratique l'alimentation dite saine/naturo, sinon le coach lui propose un détour obligatoire par un mode classique

Les mangeurs atypiques regroupent plusieurs catégories, parmi lesquelles les canaris n'en sont qu'une. J'ai fait l'erreur dans le premier livre d'être trop généraliste, j'ai pu affiner mon observation depuis lors.

NB. Envisager le coach solide et le coach atypique: le premier n'envisage pas le cas d'une fragilité génétique telle que celle des atypiques (MAT = mangeur atypique); le second voit des canaris partout, au risque de louper un MAT qui ne serait PAS canari mais hypersensible à autre chose

Je reprendrai ici la définition des canaris selon la piste Failsafe que j'ai privilégiée dans le topo éponyme

Je préciserai les critères pour définir les canaris de naissance ou de passage.

Parmi les MATs, je repère outre les canaris: les histadéliques (histamine) et les les pyroluriques (deux catégories selon Pfeiffer), les réactifs aux phosphates selon Hafer, les haut potentiel/hypersensibles (observation perso).

On sériera aussi les effets et les intervention alimentaires selon  adultes ou enfants

J'introduirai la notion de polymorphisme génétique, en utilisant le cas concret de  Chris Masterjohn, dr en nutrition ou du dr Georgia Ede, psychiatre

***La clé: chercher l'organe ou le circuit qui est à la source de la flambée***

Chez tous, on repère des dysfonctionnements neuronaux, mais c'est une conséquence ce n'est pas la source.

Chez les canaris de naissance, le foie est un mauvais détoxifieur de naissance +  carence en minéraux et enzymes, de naissance. J'exposerai ce qu'on entend techniquement par un tel foie plus loin.

Chez les histadéliques, définir mastocytose, histamine et enzymes, notion de débordement et d'autres piliers comme le sport + mon hypothèse de la flambée actuelle, en particulier chez le masculin, à cause de l'e-smog (et hypothèse de dr Klinghardt)

Chez les pyroluriques, la source est une carence de naissance en Zn, Omega6, B6 -> supplémenter. Note pour les coachs: le zinc ne se supplémente pas n'importe comment, on peut déglinguer la synthèse du cuivre.  Chez les grands carencés: non.

Chez les phosphatoréactifs, surtout  carences Mn et évidemment excès de phosphates ingérés

chez les HP, troubles bipolaires etc = ? question ouverte, pas d'idée

chez les troubles bipolaires: cétogénique prodigieuse

Chez les autres: polymédication ou drogues: ne pas chercher à utiliser la diète pour guérir

***Quels sont les dénominateurs communs chez les MATs?***


  • impact positif de la sophrologieou  méditation, d'une atmosphère familiale aimante: même MAT de naissance, on peut passer au travers des gouttes pendant 30 ans puis ne manifester  la fragilité qu'après un choc

  • impact positif de la diététique bien menée

  • effets de l'alimentaire nets sur le psychique: nerveux ou hypotonique, etc.

  • impact de la pollution très vite ressenti ou manifesté

  • à part pyroluriques, ont des carences et désordres connexes, qui embrouillent le diagnostic

  • ce sont des troubles systémiques: ce n'est pas UNE intolérance, UNE carence qui les définit, c'est comme si le système était défaillant dans son ensemble. Servent de sentinelles/licornes pour notre système social défaillant?

  • pas de tests sanguins fiables, peu de reconnaissance médicale

  • réactivité apparente aux sucres ajoutés

  • réactivité de l'arbre qui cache la forêt: lait et gluten

  • ces trois catégories étant des apports majeurs d'additifs à problème

  • rémission grâce aux nourritures vraies

  • rémission par l'écoute de soi, vu qu'aucune piste prédéfinie ne vaut pour eux

Attention...

Perdus dans les recherches, peu écoutés, ils sont tentés par toutes les nouvelles annonces, comme "tout est dans la thyroïde" ou "il faut soigner l'axe rate pancréas".


  • tentation de la nutrithérapie et vanité des précurseurs au naturel

  • tentation de cibler une parasitose ou une dysbiose/candidose

  • tentation de cibler les intolérances  les régimes "pas de" qui calment mais dévitalisent

encadré: indispensable relance du système

*** particularités***

On verra ensuite les particularités de chaque catégorie, afin de comprendre les délires organiques de chacun. Comme "Dysglycémie des canaris: source ou conséquence?" ou "Dysbiose: source ou trouble connexe?" ou "Le cas de la "candidose""

Qu'est ce qu'un foie mauvais détoxifieur? explication technique. Exemple illustratif avec Jill, canari de concours.

Note sur les surméthylants, les sous méthylants et danger de la nutrithérapie et des donneurs de méthyl chez les surméthylants.

**Un chapitre entier sur les forces et limites de la vision  "intolérances" des mangeurs atypiques***

Comme ils sont effectivement hypersensibles, ils ont tendance à voir des intolérances comme sources des soucis, et non pour ce qu'elles sont: des manifestations d'une fragilité. Tendance entretenue par les labos à tests IgG qui coûtent une fortune pour une efficacité minime. Entretenue aussi par les industriels du sans gluten sans sucre sans machin sans truc.

En gros, le coach devra arriver à exposer finement et subtilement qu'on perd du temps à:


  • se focaliser sur des intolérances et oublier le systémique

  • oublier la pollution ménagère (solvants etc)

  • se perdre dans des listes: salicylates puis benzoates puis phosphates, puis sulfites etc

  • en oubliant le sucre...

  • oublier les dégâts de l'esmog

Question: éviter à vie ou se désensibiliser des vraies réactivités? Ma posture: les apprivoiser.

NB. canaris: la triple peine - souffrent de leurs fragilités, doivent passer du temps à s'écouter et du temps pour les  nourritures vraies alors que se sont souvent fragilisés à suivre des cures et des modes alimentaires inaptes pour eux

Même s'il ne faut pas se focaliser sur les intolérances, il est pourtant utile connaître la liste des réactogènes maîtres pour pouvoir repérer celui qui entretient l'inflammation et bloque la guérison.

je ferai la liste


  • des salicylates + cas concret des excès dans la paléo et GAPs: hypersalicylé

  • amines et moisissures

  • sulfites

  • glutamate

  • amidons en général, gluten en particulier

  • laitages animaux, laitages végétaux

  • + aspergillus niger

**Un chapitre sur les outils utiles comme le carnet d'auto observation, la réintroduction de gluten et laitages (pourquoi? pour qui?)**

***Un chapitre sur quelle assiette pour quel MAT?***

Je résumerai les cures à la mode et leur impact positif ou négatif:liste

J'inclurai les spécificités roseau et chêne (diathèse 1 et 2) qu'un coach doit prendre en compte pour la progression diététique.

Je résumerai la solution Nouvelle flore pour qui? Paléo pour qui? cure antfatigue pour qui? etc etc

Et pourquoi la solution Mes nerfs en paix est idéale pour canaris adultes et enfants

On se posera la question d'ajouter des enzymes pour les canaris et de la place juste du chardon marie pour dépanner.

J'introduirai la solution méthode Chenot pour certains MATs (encore jamais résumée dans mes topos)

 

J'en suis à ce stade, j'espère que c'est ce que vous attendez, Loic?

 


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 Loic    14 Février, 2019 - 21:15
 cortex

Bonjour Taty, merci pour cet aperçu structuré du futur topo. Oui tout ceci est au-delà de mes espérances! Ma curiosité est comblée! Je suis admiratif de votre travail et de votre esprit de synthèse. C'est un vaste inconnu pour moi tout ça et vous me donnez envie d'en savoir plus ! Je gage que tout ce travail que vous faites représente une belle lueur d'espoir pour 60.000 MTAs ! Perso je ne suis qu'en tout début de rémission et je progresse lentement mais surement. J'ai le désir d’en apprendre plus pour avancer dans ma guérison et peut être par la suite pour aider mon prochain comme vous le faite…

Je ne peux pas apporter grand chose à vos reflexions car je ne connais rien sur le sujet mis à part ce que j'ai appris dans vos livres. Tout ce que je peux dire à mon stade de compréhension c'est que, plus que tout, c'est l'écoute de soi qui prime. 

Je voudrais aussi ajouter que les canaris et tous les MAT nous sommes des gens qui, par la force des choses, devons faire preuve de beaucoup de courage ! Le fait de vivre dans un corps à la biochimie différente, me fait l'effet d'une révélation identitaire ! Je dois réapprendre mon rapport à la vie et aux autres. J'aimerai connaître une rémission complète mais je crois qu'il faut pas trop rêver non plus… Mais j'ai quand même envie d’y croire. Je m’accroche ! Merci Taty +++


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 Loic    20 Février, 2019 - 17:37
 cortex

Pour les HP il me vient l'idée de la piste Campbell. Dans son livre GAPS (pages 101 à 122) elle formule l'hypothèse que les crises psychotiques (et les crises d'épilepsie) seraient un moyen de défense du cerveau pour évacuer le trop-plein de toxines qui s'y seraient logées à cause d'une barrière hémato-encéphalique fragile. Elle dit que le régime cétogène apporte des résultats pour les schizophrènes et les épileptiques...


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 Loic    20 Février, 2019 - 22:11
 cortex



Petite parenthèse pour les consommateurs de drogues festives (ayant été moi-même consommateur repenti à plusieurs périodes de ma vie), je voudrais dire qu'en dessous d'une certaine fréquence de consommation il reste un espoir de guérison. Sachant que beaucoup de drogués sont attirés avant tout par la transgression et par le besoin d'adhésion fusionnelle à un groupe plus que par l'effet "défonce", la résolution de leur problème peut émerger d'une prise de conscience sur les motivations du passage à l'acte... Après il est certain que, passé un certain dosage, l'addiction prend le dessus sur tous les raisonnements logiques. Mais n'oublions pas qu'il existe aussi un espoir pour ceux qui veulent s'en sortir... Guérir l'intestin me semble une bonne voie de rédemption... Mais le sujet est très complexe et la drogue peut corrompre la bonne volonté des meilleures personnes... donc l'approche doit être avant tout psycho-thérapeutique... je pense...

D'un autre côté en Belgique vous avez des drogues en vente libre qui sont interdites en France je crois? donc ça doit être plus compliqué à gérer chez vous...? où peut être c'est l'inverse vu que la vente libre désamorce les motivations transgressives...  

Et là-dedans qu'elle est la motivation d'une personne poly-médicamentée ? Peut-être c'est encore pire que la drogue festive du coup? Merci Big Pharma pour toutes ces nouvelles molécules qu'on peut obtenir tous les 50 mètres dans les rues de la ville!!! C'est presque comme le tabac!! Je connais une jolie jeune fille, avocate brillante, sujette à des migraines depuis tjs, ayant eu trop souvent recours aux antalgiques puissants qui a, un jour, "pété un câble" pour finir par consommer certaines drogues dures que moi-même (modeste canari de naissance pas très intelligent) je n'ai pourtant jamais osé toucher de ma vie!! Désormais elle est sevrée mais encore plus hyper-médicamenté qu'avant et elle n'est plus jolie du tout!!! Voilà! Lui reste-t-il un espoir par l'alimentation? Je sais pas... Moi en tout cas je ne veux pas m'embarrasser de culpabilité pour mes écarts parce que tout ceci n'a pas de sens! Mon mal-être a tjs existé depuis l'enfance. Le recourt aux stupéfiants n'a été qu'une expérience transitoire, avec beaucoup de conséquences néfastes, c'est sûr, mais c'était en réponse à quelque chose d’autre, d'invisible et d'absurde, bien pire encore : Le déni de ma canaritude!!

Donc je témoigne : Un drogué repentit peut cacher un MAT qui s'ignore et qui cherche sa vérité. Le problème pour moi c'est que le prix à payer pour découvrir cette vérité c'est, aujourd'hui, la fibromyalgie!! Mais probablement que sans la drogue, tôt ou tard, le résultat aurait été le même... Bref de toute façon je suis désormais en rémission… C’est tout un cauchemar que je ne suis pas pret d'oublier... J'ai bataillé pour trouver mon chemin. Merci internet sans qui je n’aurais jamais pu rencontrer l’enseignement de Taty!!! Je ne regrette rien !! Merci Taty pour ce que vous faites !! Vous contribuez à sauver la vie des gens !! MERCI+++


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 cortex    21 Février, 2019 - 05:56
 Loic

merci pour la piste Campbell, mais ce n'est qu'une piste, comme les autres

c'est d'ailleurs "à cause" ou "grâce" à cette doctoresse que j'ai commencé à écrire les topos. Vers 2000, j'envoyais les audités à troubles nerveux/dysbiotiques (audités que j'appellais mes élèves ou clients à l'époque, n'ayant aucune crédibiilité à donner des consultations) chez Campbell, qui était à Cambridge je crois.

Je n''ai commencé à écrire "Du gaz dans les neurones"  qu'en voyant qu'elle appliquait systématiquement le même programme pour tous, adultes ou enfants (comme si un médecin donnait un antibiotique à tous les patients, qu'ils aient une migraine, un bras cassé ou une angine). Avec des effets très aléatoires, parfois même des aggravations nettes. Au moins le GAPs n'était alors pas la soupe qu'il est devenu après que Denise Fantoli n'ait mis son grain de sel. C'était clair, c'était du vrai RGS à la Gottschall.

J'étais alors si miraculée de la rectocolite par l'équivalent du GAPs (le RGS à l'époque, que j'ai renommé Nouvelle flore) que je croyais aussi que ce programme était une panacée. Mais j'avais assez souffert de mes propres réactivités lors de la tenue de ce régime pour savoir qu'il fallait le peaufiner.

J'ai eu le temps d'affiner l'horizon: RGS est efficace dans 8 cas sur dix pour les cas de RCUH et de Crohn, pour tous les autres cas les résultats sont moins flagrants. Les diététiciens GAPs jouent aux fléchettes: tant mieux s'ils touchent la cible, tant pis pour le patient si ce n'est pas la bonne voie.

La même réflexion vaut pour les tenants de la cétogénique: je la conseillerais quasi systématiquement aux épileptiques en effet et aux victimes de troubles bipolaires en phase de stabilisation (PAS en phase maniaque ou même hypomane), mais je suis consciente que même là, elle ne sera pas efficace au moyen et long terme pour 8 cas sur dix. Or, ce chiffre est mon ratio de choix. Si une cure connue n'est pas efficace dans ces zones statistiques là, je ne prends pas. Je n'ai pas cité le court terme, car dans ces cas là, tout est efficace y compris la diète "mangez tout rose". A court terme, c'est le principe de changement en soi qui est thérapeutique, pas le contenu de la diète. 

Dernier argument: même si "on dit" que telle ou telle cure est efficace dans certains cas (les HP par exemple), il me faut une expérience de dizaines d'années par une mouvance, ou un thérapeute, qu'elle soit documentée en écrits ou en témoignages via forums. Et fiables: quand je lis des forums où une cure est TOUJOURS efficace, je fuis. Si je peux en outre avoir une documentation scientifique, c'est parfait. Mais en matière de diètes, on n'est nulle part. Mëme quand les chercheurs disent tester le low-carb, il ne s'agit pas du low carb comme nous l'entendons, même sans demander qu'il soit ressourçant ou bio. Ou tester la diète méditerranéenne... auquel cas ils testent simplement le fait de manger des aliments sains, préparés maison. Rien à voir avec la diète méditerranéenne.

Comme quoi la nutri est un art, les chercheurs n'ont rien à y faire, à part une soupe intellectuelle comme c'est la mode aujourd'hui ;)

Un cas concret pour illustrer ce qui précède. Dès 1998 ou à peu près, on a été stupéfiés en Naturoland par les résultats sur le terrain du professeur Seignalet et sa troisième médecine (titre de son livre). J'ai illico conseillé son mode alimentaire à mes clients/élèves: après quelques mois j'ai été bien marrie de ne pas voir chez eux les résultats qu'il exposait dans son livre. Certes, un mieux être: mais ça je l'obtenais avec une cuisine saine simple, sans bricoler avec des exclusions comme les siennes. Il était certainement sincère dans son compte-rendu, mais il a été aveuglé par les innombrables variables intrinsèques à l'alimentaire.


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 cortex    21 Février, 2019 - 07:13
 Loic

Sur le sujet des drogues légales (médocs) , je réponds par une caricature. Délibérement provocante, pour sourire. Il y a de merveilleux médecins de la mouvance de Lorgeril (oublié le nom de l'association) qui sont très prudents face aux injonctions de big pharma. Je dois retrouver aussi le nom de l'auteur.

 

 

écrit par celle qui signe parfois minus parfois cortex sur ce forum et qui n'a pas peur de défier les grands, comme ce cher cortex ;)


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 minus    23 Février, 2019 - 04:05
 cortex

Je continue sur ce qu'on pourrait appeler les "diagnostics d'exclusion": avant de penser à une forme de canari de naissance,à la biochimie très particulière, il faut exclure qu'on traite


  • d'un organisme qui ne répond plus par épuisement chronique,

  • d'une fragilité par le choix de mauvais régime (les innombrables véganes qui se sont niqué la santé à tenir cette diète trop longtemps),

  • ou tout simplement d'une réaction d'électrosensible qui s'ignore.

Voir le billet que j'ai publié ce matin:"E-smog: rester hyper-connecté peut nuire à la santé". A suivre cette piste, on comprend que la réforme alimentaire est bien démunie lorsque le corps lâche les manettes de lui-même au point de devenir hypersensible. Je l'ai déjà écrit ou dit avant, mais une des raisons majeures pour ma mise à la retraite anticipée vers 2013 a été que j'auditais trop souvent des personnes hypersensibles qui ne voulaient pas entendre qu'elles respiraient du poison en permanence avec leur "indispensable" connectivité (wifi/téléphone etc). Elles exigeaient une réforme alimentaire dont je voyais la vanité. Or, quand j'auditais, je recevais un nombre élevé de cas difficiles, de type "mangeur atypique", nombre élevé par rapport à mes collègues conseillers alimentaires, en tout cas. Je ne pouvais continuer dans cette impasse. L'e-smog ne pourrit pas la vie de tous, mais quand c'est le cas, nos interventions douces ne font quasi rien.


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 romain    3 Avril, 2019 - 10:29
 cortex

Bonjour

je suis nouveau mais pile poil dans le profil de ce que je viens de lire...et mon garçon hypersensible et précoce aussi....malheuruesement!

Y a t-il un praticien que je puisse consulter sur paris pour moi et mon fils que vous pouvez me recommander?

perso, cela fait 2 ans de régimes piur dysbioses methane/sibo, toujours plus stricts meme si là j'ai eu 5 mois de repos ou presque tout passait (suite à une mission à l'étranger en pleine jungle tropicale pendant 3 semaines où plus rien du quotidien ne me harcelait...bizarre, non?!)...et boum rebelotte d'un coup avec en prime taux hyper élevé d'histamine dans le sang...il faut dire que je consommais très souvent de noix, noixettes, amandes, cannelle, chocolat noir et sarrasin comme source de glucides + bcp de poissons/viande...

donc là régime fodmap/histamine...bref pas grand chose à se mettre sous la dent!! et corps usé physiquement mais surtout mentalement

je viens de commander votre ouvrage, j'espère y trouver des choses autres que régimes/tuer les bacteries/probiotiques + prébiotiques qui passent pas...

bref, incompris et obligé de chercher des solutions par sois même...

merci d'avance

rom

 

 

 

 


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 Loic    16 Mai, 2019 - 21:20
 cortex

Bonjour Taty, je rebondis sur votre remarque sur Campbell. Il est clair que la doctoresse a ce défaut de croire que sa diète peut s’appliquer à tout le monde sans distinction. J'ai adoré son livre mais malheureusement elle nie radicalement les réactifs aux salicylates (elle y consacre qu’une seule page et elle dit en gros qu'elle n'y croit pas!) bref. 

Ma nutritionniste GAPS qui me supervisait à l'époque m'avait pourtant catalogué "réactif aux salicylates" mais son seul conseil fut : « continuer le GAPS sans les fruits et légumes » !!! Ha oui ? Et les oléagineux? Et les huiles VPPF? Et le miel ? Et la famille coco ? (surinvestie dans toutes les recettes de Kruger Fantoli) Et les réactivités aux amines ? … bref.

Pour ma part, je peux affirmer que mes 7 mois de GAPS m’ont plus affaiblis que tout ce qui a précédé (les infection ORL, les antibio…)

Et tjs sur les conseils de ma grandiose nutritionniste GAPS, j'ai pratiqué les lavements au café. Ce qui a finalisé mon achèvement.

Au passage j'ai aussi vu une naturopathe complètement folle qui m’a fait prendre du dioxyde de chlore (MMS) = J'ai vieilli de 10 ans en quelques mois !

Si je n'avais rien tenté je me serais certainement moins aggravé avec une alimentation intuitive toute simple. Mais je n’aurais assurément jamais pu guérir sans vos topos !! (car impossible de gérer ces réactivités par accumulation dans le temps si on en a pas compris les principes).

Le défaut du mangeur lambda (que je fus) est de voir les aliments comme comestible ou pas comestible, et de méconnaitre les subtilités du dosage et l’importance de la diversité…

Je comprends mieux pourquoi vous dites souvent que la nutrition est un art et non une science !

Il n’y a jamais une règle qui prévaut sur les autres et le terrain change avec le temps, il faut s’adapter et suivre son corps sur le chemin de la guérison. Être dans l'écoute de soi (de ses organes je dirais même) c'est la clé pour avancer.

Tout l’inverse du GAPS qui impose un protocole figé avec des étapes strictes et qui nous fait croire qu'on a tout saboté au moindre écart.

 

Tout ça pour dire que la diète Campbell comme elle est pratiquée aujourd'hui par les nutritionnistes GAPS c'est une prescription de mort pour certain. Et c'est bien dommage. Surtout pour les parents de petits Canaris qui forcent leurs enfants à manger leurs réactogènes, un infanticide quoi ! J'imagine la culpabilité des parents après ça ! Toute cette souffrance parce que Campbell a négligé la piste FAILSAFE. C'est moche !!

Donc il y a de quoi avoir envie d'écrire des livres pour rectifier le tir. En plus vous faites ça avec beaucoup de sagesse, de justesse, d’humanité et d’humour !!

Je pense que vos livres devraient être conseillés par les nutritionnistes GAPS pour tous les mangeurs qui ne réagissent pas bien au bout de quelques semaines de cure. Ça éviterait bien des souffrances à certain.

 

En tout cas, maintenant je guéris. Lentement mais surement. Ouf ! C'était moins une… Et c’est grâce à vos livres. Et je recommande à tous les malades chroniques qui veulent guérir d’apprendre et de trouver leur voie à travers vos livres.

Après je connais des gens qui ne veulent pas guérir aussi, c'est bizarre. J'ai rencontré un papa d'enfant autiste refusant catégoriquement d’aider son petit par l’alimentaire car selon lui, il n'est pas malade : « il nous a été envoyé ! c'est une chance de l'avoir avec nous ! ».

Des fois la sublimation c'est tordue quand même... Mais je préfère rien dire car je peux comprendre.  (envoyé par nos amis extraterrestres bien sûr ! lol…).

Et je connais une fille, fibromyalgique depuis plus de 10 ans, qui préfère se complaire dans sa psychose paranoïaque avec les médecins plutôt que d'accepter qu'on lui prête un livre ! D’ailleurs elle affirme tout connaître en nutrition bien qu'il soit impossible de développer sur le sujet avec elle... Bref

Il n’y a pas que les enfants autistes et les fibromyalgiques, on est de plus en plus nombreux à devenir faible, fatigué ou nerveux, mal dans sa vie… Les psys y voient un symptôme de civilisation : « la nouvelle génération somatise !! » mais non ! Regardez dans votre environnement et dans votre assiette !! C'est ce que j'ai appris grâce à vous. J'ai appris à regarder bien. 


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 minus    11 Juin, 2019 - 17:37
 Loic

merci Loic! et bravo pour votre courage au travers de ces épreuves...  aïe les lavements au café et aïe cet affreux MMS (pour ceux qui ne connaissent pas: de l'eau javel en gros; basé sur l'expérience N=1 d'un gars perdu dans la jungle et pris de fortes fièvres, qui a été sauvé par ça): vous avez subi le baptême du feu!

Romain, je suis désolée de ne plus faire d'audit personnalisé, mais si vous avez encore des questions après la lecture du livre (lequel?), pensez à faire au moins une consultation par exemple avec ma fille Julia Arman, que je supervise encore pour les cas difficiles. Voir sur http://www.profilagealimentaire.fr/referents-en-france/


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 minus    19 Juin, 2019 - 16:33
 minus

Je continue sur le sujet, en reprenant un courriel reçu ce matin, par un lecteur demandant quand sera réédité "Canaris" ou "Enfants". Partageons ici pour la communauté.

***Le courriel***

Je me permets de vous contacter car je n'arrive pas à obtenir d'informations concernant la date de parution des deux ouvrages "Canaris de la modernité" et "Enfants sereins". Victime de ses symptômes décrient dans ces ouvrages, ils me seraient d'une précieuse aide. Pouvez-vous m'aider svp ? Merci à vous.

 

***Ma réponse***

bonjour, Normal que vous ne trouviez pas d'informations, je ne le sais pas vraiment moi-même... Je suis toujours dans la réécriture, je viens de refaire le livre entier trois fois, je ne suis toujours pas satisfaite pour les raisons que j'expose ici. J'ai annoncé "mi septembre" mais il se pourrait que je m'en sorte en faisant plutôt une forme de conférence en deux ou trois vidéos: comment repérer si vous êtes bien victime de cette biochimie et si "mes nerfs en paix" est la bonne piste pour vous, ici et maintenant. Une conférence serait pour le grand public, une autre pour ceux qui préfèrent qu'on décortique les tenants et les aboutissants, les esprits plus "scientifiques" dirons-nous.

Entretemps, vous, les lecteurs, n'êtes pas perdus vu qu'il y a des référents sérieux en profilage qui peuvent vous aider à déterminer si vous êtes vraiment de ce profil (en un seul rendez-vous chez ma fille Julia Arman, par exemple, que je supervise lorsqu'elle hésite, elle pourra vous le confirmer ou l'infirmer). Ce qui vous indiquera s'il vous faut explorer cette piste qui est la plus complexe des voies que j'expose dans les topos du profilage. Vivre les symptomes cités dans mon livre ne signifie pas que vous seriez de ce profil-là, il faut évaluer d'autres paramètres.

Vous aviez commandé les deux livres "du gaz" et "sortir" (le topo expert sur le sujet), vous avez donc de bonnes bases pour réfléchir votre cas. J'imagine que c'est cette lecture qui vous a mis sur la voie des "canaris". Permettez-moi une remarque. Je vois quantité de cas dont le chambard digestif s'est déclaré récemment (dans les derniers dix ans, surtout depuis cinq ans), personnes qui investiguent beaucoup et finissent par penser "canari" ou "défaut génétique du circuit de  l'histamine". Or, je n'ai pas pu exposer ceci dans "Sortir" car ce n'est qu'une hypothèse perso, non relayée par d'autres canaux majeurs (or, c'est le principe de mes livres): la pollution électromagnétique, quelle qu'elle soit, semble se conjuguer à la pollution par voie alimentaire pour modifier la biochimie au plus profond, bien plus loin que dans le microbiote simplement. Chez certains et pas chez tous! J'en parle beaucoup sur mon blog car c'est la base des blogs: une vision personnelle. Dans un livre, je ne pourrai me le permettre que si j'annonce clairement que c'est un topo "personnel".

C'est cet aspect complexe qui rend la réécriture du livre difficile: comment aider chacun à bien sérier s'il doit suivre cette piste, surtout s'il a déjà fait plein d'autres essais alimentaires qui l'ont fragilisé. Dans ce topo profane "Canaris", je dois rester grand public. C'est dans le topo expert dont je traite dans ce fil que je pourrai être plus technique

NB.   Je cite Julia car je ne connais pas les référents que Maya ou Gabriella ont formés. Je demanderai à ces deux dernières leur avis. Or je sais qu'il est tentant de voir des "canaris" partout, je ne voudrais pas qu'un référent qui a flashé sur cette piste vous fourvoie.  Ce qui est une erreur majeure, vu que l'approche "Mes nerfs en paix", toute utile qu'elle soit de manière temporaire, ne serait qu'esthétique si vous souffrez d'un autre souci biochimique. Eviter les salicylates soulage énormément de monde aujourd'hui, pour de multiples raisons techniques. Mais les salicylates ne sont pas au coeur du souci. On n'est alors pas dans l'efficacité qui est mon objectif principal, on est juste dans une éviction de plus. Efficacité qui vous permet de sortir de l'engrenage des régimes et de la prise de tête à table. Rapidement. 

NB2. J'ai répondu alors que j'annonce dans ma fiche contact que je ne réponds plus car je reprendrai en anonyme votre demande sur le forum que j'anime - histoire de partager avec d'autres, car vous n'etes pas le seul à vous questionner. Vous pourrez vous inscrire et continuer par là si cela vous chante. Sinon, je copierai  vos réponses, toujours en anonyme. 


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 minus    20 Juin, 2019 - 06:47
 minus

***Réponse du lecteur (qui restera anonyme tant qu'il ne s'inscrit pas ici)***

Merci pour votre réponse. A vrai dire, je m'excuse car je n'avais pas vu que je vous écrivais directement. J'ai bêtement fait "répondre à mon précédent mail", je pensais écrire à la maison d'édition. Je profite une dernière fois de vous avoir en direct pour vous remercier pour tout votre travail. 

J'ai commencé à avoir des problèmes de santé depuis fin 2015 et après avoir rencontré beaucoup de spécialistes traditionnels, vous êtes la seule à m'apporter des clefs précises pour comprendre ce qui m'arrivait et surtout pour m'en sortir. Car il n'y a rien de plus pénibles que de consulter sans avoir d'aide, de compréhension, de pratiquer des régimes, des évictions pour rechuter au final quelques semaines après avoir introduit des aliments dont on ne soupçonne pas notre intolérance à ce moment là.

Effectivement, les deux ouvrages commandés précédemment m'apportent beaucoup. Ils sont d'une très grande qualité. Je souhaitais "les canaris de la modernité" car au vu de mes symptômes que j'ai depuis bientôt 2 ans, je me sens canaris de passage : dysbiose, grosse constipation, sensibilité aux amines/salicylates, grosse fatigue, perte de libido, baisse de la thyroïde, acouphènes entre autres.

Je souhaitais obtenir les recettes de "Mes nerfs en paix" pour avoir des exemples de plats. De plus, j'ai une démarche assez scientifique des choses, j'ai besoin de comprendre et je voulais mettre toutes les chances de mon côté en glanant le plus d'informations possibles dans ces ouvrages. Mais je comprends la complexité de les finaliser.

Bref, je ne veux pas m'attarder. Je comprends que vous ne consultiez plus, je passerai dorénavant par votre forum.

****ma réponse***

Vous confirmez mon intuition que vous n’auriez pas besoin du livre pratique ni du topo sur le sujet. Dans des cas comme le vôtre, c’est moins attirant, mais plus pointu de penser « épuisement des organes » que « canari » - épuisement dont je traite dans « Quand j’étais vieille » et son topo expert « En finir avec le burn-out ». Les seuls de mes topos où  l’on traite assez peu de réforme alimentaire, finalement. Et qui proposent une stratégie bien plus complexe, et aussi moins attirante. Rebelote.

Vous comprendrez mieux après un coup d’œil à certains extraits dont l’intro, via la page http://quandjetaisvieille.com/bonus.html (extraits à feuilleter à l’écran ou à télécharger).  Lorsque le corps est en stade 4 de l’épuisement, seslon le tableau que je partage ici : http://quandjetaisvieille.com/b12lestopos_taty_vieille_selyetableau.pdf, l’alimentaire est bien aléatoire. Je suis désolée que mes camarades conseilleurs entraînent tous les mangeurs dans leur diète stricte, sans évaluer l’état organique de la personne.Ils les fragilisent souvent plus qu’ils ne les aident. Il faut reconnaître à leur décharge que les clients sont demandeurs, car les gourous du net ont fait croire qu’on pourrait même faire repousser des membres amputés si on prenait assez de jus de légumes (quasi texto ! chez un certain casasnovas, j'exagère pour le plaisir car j'ai un oeuf à peler avec ce genre de bonimenteur de foire). Ces tribuns du net sont des moteurs pour l’action, merci à eux, mais je ne suis pas sûre qu’au final le résultat soit positif parmi le grand public.

Question alimentaire, vous écrivez vivre les symptômes des canaris, mais j’ai dû mal m’exprimer dans mes deux livres que vous avez lus, car ce sont plutôt des symptômes d’épuisement des organes. Vous ne devez pas pour autant acheter le livre "Quand j'étais vieille", j’ai repris les extraits susmentionnés et je les ai doublés de posters illustratifs.

Parmi les extraits, deux utiles au plan « assiette » : http://quandjetaisvieille.com/b8lestopos_taty_vieille_res%20reposdig%20p112.pdf et http://quandjetaisvieille.com/b9lestopos_taty_vieille_grillep113&114.pdf.

Avec ces bases, vous choisirez n’importe quelle recette pratique qui vous plaît et vous l’adapterez en fonction de ces critères. Si  vous cuisinez, un des deux dicos de mes recettes  vous sera utile : Low-carb : la compil’ . 

Si vous ne cuisinez pas encore, choisissez dans la collection Jules n’importe quel livre SAUF les deux végés. Dans notre état de décrépitude actuel (pardon à tous mes congénères), le corps n’arrive même plus à métaboliser le végé…  Il faudra attendre de vous requinquer pour passer au régime crétois.

Sur la question de la réactivité aux amines/salicylates.  Chez certains sujets, de profil « intolérant », il faut repérer quelle catégorie est le réactogène maître plutôt que de suivre les réactions à chaque catégorie. Par exemple, si vous êtes profondément réactif aux moisissures (ou aux salicylates), cela ne se sent pas tout de suite. Cela se manifeste par diverses réactivités très apparentes (au gluten, aux laitages, etc). Aliments que vous pouvez éliminer de votre assiette, certes. Une autre réactivité se fera jour, car ils étaient l’arbre qui cachait la forêt, jusqu’à ce que vous (ou un praticien) mettiez le doigt sur la réactivité maître, soit les moisissures (ou les salicylates, ou autre chose).  C’est en tout cas mon observation de terrain, qui ne vaut que SI vous êtes de type intolérant.

D’autres profils manifestent des fragilités comme vous les décrivez non parce qu’ils sont en épuisement chronique ou "intolérant", mais parce qu’ils sont d’un type très réactif à l’insuline, qui prospérerait en low-carb strict ( ma cure Décrochez des sucres) ou parce qu’ils ont développé un microbiote dévoyé (ce serait ma cure Nouvelle flore). Deux cures qui ne peuvent être menées que si le sujet n’est pas en épuisement des organes.

Ah ! que c’est complexe ! Et voilà pourquoi je fais plus confiance aux référents qui ont été formés chez moi, Maya ou Gabriella, pour vous aider à sérier les problèmes.

J’écris ceci comme brouillon d’un billet pour le blog, billet qui sera lui-même un brouillon de page pour le topo expert. Merci de m’avoir aidé à le faire.


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 minus    23 Juin, 2019 - 16:13
 minus

Je continue à écrire à la volée un brouillon de billet,  sur la base de la table des matières que j’ai partagée plus avant.

1. Définitions.

Mangeurs atypiques : je cherche à les renommer car ils ne mangent pas de façon atypique, ils métabolisent de façon atypique -> métaboliseurs atypiques ? c’est un peu froid…

Concept du polymorphisme génétique, selon wikipedia : Il explique qu'une espèce présente des individus aux caractères phénotypiques différents (appelés morphotypes) au sein d'une même population. C'est un des éléments, intraspécifique, de la diversité génétique qui est considéré comme facilitant l'adaptation des populations à leur environnement plus ou moins changeant.

 

2 . Aujourd’hui, je parlerais du surdiagnostic de « canari de la modernité »

Selon une de mes élèves médecins, l’INSERM a reconnu lors d’un symposium qu’une partie de la population très jeune présentait des caractéristiques génétiques de mutants, différents de la biochimie humaine habituelle (voir polymorphisme génétique). « Que faire alors en tant que médecin » a-t-elle demandé à l’orateur ? « Eviter de les exposer à la pollution ». Point barre. Au moins, c’est reconnu. Mais hélas, nous nageons tous en plein océan des hypothèses. Il est alors facile de mettre tous les cas hypersensibles dans cette catégorie de « canaris de naissance ».

Ce ne serait pas grave si la solution thérapeutique (que je n’ai pas) et alimentaire (que je pourrais élaborer) n’était pas différente pour bien des cas d’hypersensibles.

Loic, je prends votre cas, puisque vous l’avez résumé ci-dessus.

1/ Vous pourriez avoir été un canari de naissance si votre fragilité date de votre prime enfance…

2/ Quoique ! Bien des symptômes des enfants canaris se croisent avec ceux des enfants qui sont hyperréactifs aux phosphates – lire http://taty.be/canari/dietehafer.html -  enfants qui, non soignés, deviennent des adultes qui cherchent naturellement des paradis artificiels vu qu’ils vivent un enfer intérieur.

3/ Certains apparents « canaris » sont en fait des pyroluriques selon le terme inventé par le dr Pfeiffer -  voir un extrait de mon ancien topo « Canaris » de 2010 http://taty.be/canari/B16lestopos_taty_canari_pyrol.pdf. Ils sont naturellement carencés en certains nutriments, même lorsque l’alimentation est équilibrée et riche.

4/ La majorité des enfants nerveux que j’ai rencontrés le sont à cause d’une alimentation dévoyée, dépourvue des nutriments utiles au bon fonctionnement physiologique et psychologique, alimentation en outre chargée de petits poisons que sont les résidus et les additifs – tout cela baigné dans une atmosphère de mégastress psychologiques, magnétiques, respiratoires, etc.

La toute grande majorité des personnes que j’ai pu suivre quand j’auditais et dont je lis les parcours sur le net désormais ne sont pas malades depuis la petite enfance, ils ne ressortissent pas de ces catégories. Ils sont pour la plupart victimes d’une forme d’épuisement chronique des organes. Je précise « des organes » car l’énergie mentale ou la forme du matin sont parfois encore là,, mais si le pancréas ou le foie pouvaient parler, ils diraient « non pas aujourd’hui chérie j’ai la migraine ». Ils baissent les bras, ils sont HS. Les hormones ne sont plus produites quand il faut, comme il le faut. Idem pour les neuromédiateurs. Il manque des nutriments essentiels (généralement pas des vitamines, mais bien des minéraux et des cofacteurs – ceux qui sont essentiels à la production d’enzymes, enzymes qui sont actifs partout dans le corps et qui ne nous sont pas fournis par les aliments comme certains le prétendent). Si le sujet a passé quelques mois à quelques années de végétarisme mal compris, il est aussi carencé en protéines, autre bloc essentiel à la production enzymatique.

Comment le corps peut-il ronronner s’il manque les hormones, les neuromédiateurs, les minéraux et cofacteurs, les enzymes ? Eh bien il flanche ! Problèmes dermato, de sommeil, troubles digestifs récurrents, libido en berne, moral dans les talons : vous connaissez la litanie. Dans ces cas, changer l’alimentation n’est que le sixième pas dans une stratégie plus complexe. Dans « Quand j’étais vieille » je suis sortie de ma posture habituelle et je me suis permis de traiter de sujets hors alimentaire. Car j’étais désolée de voir tout l’espoir que mettaient tant d’épuisés dans ce que l’assiette pouvait leur apporter. Mais si les organes sont épuisés, manger les fatigue ! Même manger des menus hypotoxiques les épuise…

Par parenthèses, on voit depuis quelques années quantité d’hommes se plaindre de cette forme d’épuisement chronique, qu’ils la nomment SAMA ou borréliose ou candidose. C’étaient au principal des femmes en 2010, quand j’ai décidé d’intituler mon topo en hommage à Georges Simenon (son roman : Quand j’étais vieux). Félicitations à tous les mecs qui osent ouvrir un livre qui s’appelle « Quand j’étais vieille ». Si ça les chatouille, qu’ils lisent le topo expert « En finir avec le burn-out » (terme que j’utilise à regret, car il sert à tout aujourd’hui, mais « en finir avec l’épuisement chronique » a été refusé par mon coéditeur, qui le disait « peu vendeur »).

Quelque topo qu’ils lisent, je comprends qu’ils sont tentés par l’hypothèse canaris, car on pense savoir ce qui se passe (un foie qui détoxifie mal) et la solution semble simple. Hélas ! C’est la stratégie en six étapes qui est essentielle. Et casse-pieds, je le reconnais. Imaginez qu’il faut tenir cette stratégie le quart du temps qu’on a mis à se fragiliser. Malade depuis 20 ans ? Vous en avez pour cinq ans ! C’est déjà extraordinaire que le corps supporte ce qu’on lui fait subir rayon pollution involontaire et volontaire (pensons drogues récréatives, polymédication, assiette dévoyée), mais bon je m’égare.

En outre, dans cette stratégie, l’approche alimentaire est très plon-plon, justement parce que le corps n’est plus en état de métaboliser. Il faut reconstruire brique par brique, couche par couche. Or c’est humain et très moderne : on veut aller vite. Alors on fait une cure, dure de préférence : végane ou cétogénique. Premiers effets mirifiques, puis stabilisation, puis aggravation. Oui, oui, même avec la cétogénique vantée sur tous les toits de la ville. Ces cures dures poussent l’organisme dans ses retranchements, elles ne sont pas naturelles (et d’ailleurs elles ne sont pratiquées par aucune population prospère : les Jaïns indiens, végans, meurent autour de la cinquantaine ; les Inuits qui mangeraient cétogénique meurent aussi jeunes et ont d’ailleurs un gène qui empêche le corps d’entrer vite en cétose). Ce n’est que mon avis d’observatrice du monde de la nutri, mais je vois plus de dégâts véganes ou cétophiles que de bienfaits. Sauf en courte cure. Mais je fais le disque rayé.

Le boulot d’un épuisé se croyant canari, et celui de son praticien accompagnant, sera d’accepter qu’il faut en passer par la stratégie holistique douce, peu médicamentée (même en naturo), telle que je la présente dans ces topos « vieille » et « burn-out ». Prenez patience, cela met parfois un an avant que l’on accepte. C’est bien normal, on tombe assurément sur l’un ou l’autre qui se dit miraculé par l’extrait de noyau d’olive ou la gymnastique tibétaine. S’il ne ment pas (il y en a tant !), le gars oublie « le dernier tournant ». Lire l’infographie ici : http://www.taty.be/accord/MR_infographie6.html et le décodage pour les praticiens ici : http://www.taty.be/accord/MRinfo_pedagoauditeurs.html#MR6

Dernière hypothèse pour les pseudo-canaris actuels : je pense qu’une partie de ceux qui s’y retrouvent sont des hypersensibles de nature, parfois des surdoués (alias « hauts potentiels », càd QI de 130 et plus et autres paramètres). Voir le court billet http://taty.be/canari/regimeHP.html dont la fin: "Le pitch: je ne vois à ce jour encore aucun régime qui convienne en particulier aux HPs (les zèbres) si ce n'est celui qu'ils définiront eux mêmes, par essais et erreurs. Pour l'un, ce sera le mode végé à l'Indienne, pour l'autre, une forme de "cétogénique" càd low-carb à 6 unités sucres, pour le dernier la vraie cétogénique et pour le dernier aucune diète mais la méditation pleine conscience. La seule chose dont je suis quasi sûre, c'est qu'ils sont toujours hypersensibles avec un câblage électrique particulier (dans le corps autant que dans le cerveau). C'est à eux que je demanderai d'être particulièrement attentifs à la pollution électromagnétique, soit l'e-smog."

FIN DU BILLET

Vos commentaires sont les bienvenus si une formulation est peu claire. Ce sera réécrit trois fois avant la publication (snif ! ça me décourage), mais c’est le pitch


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 Loic    23 Juin, 2019 - 17:52
 minus

Bonjour Taty. Pour essayer de répondre à la question "suis-je réellement canari ou plutôt épuisé des organes", voici un passage du mail que j'ai envoyé a Julia :

Je pense être Canari de naissance au vu de mes réactivités fulgurantes aux salicylates que j’ai découvert en déclarant une fibromyalgie en février 2017, suite à une infection ORL aiguë avec antibiothérapie à large spectre. 

Dans mes antécédents j’ai eu une enfance à problèmes : dyslexie, dyspraxie, difficulté scolaire avec de nombreux troubles ORL, infection, allergie (pollen, moisissure) et occlusion nasale permanente ayant nécessité une chirurgie (septoplastie) sans amélioration respiratoire. Troubles nerveux à l’adolescence (déprime, anxiété), rebelle, fumeur de tabac à 16 ans, puis de cannabis de 17 à 19 ans… J'ai fini sur le divan d’un psychanalyste vers 20 ans. J’y suis resté 10 ans et je me suis tourné ensuite vers d'autres thérapies. 

De constitution physique fragile (maigreur scapulaire malgré tous mes efforts en piscine) j'ai commencé à avoir des luxations récidivantes de l’épaule droite qui ont nécessité une chirurgie en 2009 (butée coracoïdienne) qui s’est soldée par une faute chirurgicale (paralysie du deltoïde). Suivi d’une neurochirurgie réparatrice en 2010 qui n’a pas marché non plus ! J'ai commencé à boire de l’alcool à l’issue de ce « traumatisme » et à consommer quelques toxiques (cocaïne, mdma…). Suite à une agression en août 2016 j'ai également des luxations récidivantes de l'épaule gauche. Ce dernier incident m’a conduit à arrêter définitivement les toxiques, à diminuer sérieusement l’alcool et à consommer la cigarette électronique en remplacement du tabac. Et en février 2017 je déclare une fibromyalgie !

Mes premières années de fibromyalgie ont été marquées par une errance diagnostique et thérapeutique. J'ai essayé 7 mois de diète GAPS qui m’ont considérablement aggravé et c'est là que j'ai découvert les topos de Taty Lauwers via internet (ouf ! c'était moins une !) J'ai commencé en juillet 2018 une diète à mi-chemin entre « nouvelle flore » et « mes nerf en paix ». J'ai beaucoup progressé depuis (ça va mieux notamment coté confusion mental, douleur cervico-dorsale et fatigue) mais il reste encore beaucoup du chemin à faire…

 

Par ailleurs je ne valide pas suffisamment aux questionnaires des hyperréactifs aux phosphates et des pyroluriques. Et je ne correspond pas non plus aux descriptions des hauts potentiels... Le terme de métaboliseur atypique me semble bien adapté. 

Et autre précision : Mes problèmes de fatigue et de fragilité immunitaire ont tjs existé mais se sont particulièrement prononcés deux ans avant ma fibromyalgie quand j'ai commencé à vouloir "bien faire" selon les principes naturos (jus de legumes et graines germées...)

Sinon je n'ai pas les dents déminéralisés comme les vrais canaris mais peut être que chez moi c'est les épaules qui trinquent? 

Et j'ai tjs eu des réactivités aberrantes aux médicaments : les anti-histaminiques n'ont jamais soulagé mes allergies, les sprays décongestionnants me bouchent le nez, les remèdes préventifs type L52 me provoquent les infections... Et les toxiques que j'ai consommés (que ça soit cannabis ou autre) m'ont tjs provoqué des crises d'angoisse contrairement à mes camarades qui planaient paisiblement... 


Gravatar based on your email address.re: le prochain topo expert canaris:
 Loic    28 Juin, 2019 - 16:49
 Loic

Bonjour ! Voici une question un peu "rock'n'roll" mais ça m’intrigue : Pourquoi les lendemains de soirée au vin rouge j'ai une diminution significative et durable de mes symptômes de fibromyalgie?

Perso je constate :

- Un effet antalgique et myolastant persistant plusieurs jours (moins de raideur et de craquement) 

- Une meilleure digestion des aliments (sensation de confort après repas, meilleur transit…)

- Une meilleure énergie (comme si le vin avait fait bougé quelque chose ?)

- Une bonne mine (moins de cernes sous les yeux...)

- Un bon moral (on relativise, c'est le calme intérieur …)

Chez moi ça ne marche qu'une fois tous les 10 ou 15 jours et uniquement avec du vin rouge nature (=équivalent de biodynamique). Ça ne fonctionne pas avec les autres alcools. Et évidemment pas la bouteille entière sinon c'est la gueule de bois assurée…

Bref. Il doit y avoir une explication à tout ça. D’autant que le vin est richissime en Amine et Salicylate. Alors pourquoi ça me fait un effet « remède » ? Et est ce que c'est réellement thérapeutique ou c'est une illusion ?